Costa Rica III. Le sas de décompression.

Encore de la Cloud Forest, encore ! Pas très loin de l’endroit où nous vivons notre expérience de volontariat se trouvent 3 réserves naturelles : Monteverde, Santa Elena et Bosque Eternos de los Niños. Eddy et Papi nous avaient conseillé une belle randonnée à faire en partant de la cabane pour rejoindre la route quiLire la suite « Costa Rica III. Le sas de décompression. »

Costa Rica II. Pura naturaleza.

Nous quittons Tortuguero à 5 heures du matin pour traverser le pays vers l’Ouest et nous rendre à Sardinal, un bled de campagne paumé à 45km de la côte Pacifique. Nous allons passer 3 semaines de volontariat sur un éco-projet créé par Eddy. Nous n’avons pas beaucoup d’éléments sur le projet, on a juste prisLire la suite « Costa Rica II. Pura naturaleza. »

Costa Rica I. Don’t worry, be ecolo.

Je suis surexcitée à l’idée d’aller au Costa Rica. Je fantasme depuis un moment sur ce pays que j’imagine respectueux de la nature et engagé sur les questions environementales. J’avais notamment lu qu’il y a une réelle considération et valorisation de la biodiversité de la part du gouvernement et du peuple. 26% du territoire estLire la suite « Costa Rica I. Don’t worry, be ecolo. »

Panama. Au lendemain d’une prise de conscience.

Voyager, n’est plus une chose aussi naturelle qu’elle ne l’était lorsque que je rédigeais mes derniers carnets de voyage. En 2019, une sacré prise de conscience est née en moi suite aux catastrophes naturelles, aux marches pour le climat et toutes les discussions que j’ai pu avoir au sujet de l’impact qu’ont les humains surLire la suite « Panama. Au lendemain d’une prise de conscience. »

Thaïlande. Voyager au gré des rencontres

2016. Me voilà de retour en France après deux années à l’autre bout du monde. J’aspirais à construire mon nid douillet à Toulouse, transformer tout ce que j’avais appris et trouver un travail stimulant et enrichissant. Très vite, grâce à mon réseau, je trouve une place en or dans une PME montante. Je saute dessus.Lire la suite « Thaïlande. Voyager au gré des rencontres »