Le faux problème de l’argent

On s’imagine que voyager correspond forcément à un gros budget. Pourtant, tout est possible. Notre planète regorge d’endroits incroyables que l’on ne connait pas encore et qui peuvent nous offrir les plus belles expériences de notre vie. Parmi ces coins de paradis, il y a certes des destinations hors de prix mais il y a aussi des pays soit tout près de chez nous, soit économiquement très accessibles.

Aujourd’hui, grâce à l’offre très concurrente des moyens de transports, on peut se déplacer pour pas grand-chose. La seule condition vient de nous : nous devons être flexibles (sur la destination et sur les dates). C’est donc en notre pouvoir – et non pas en notre porte-monnaie – d’obtenir notre ticket pour le paradis. En plus, Internet regorge d’infos sur les destinations pas chères du moment.

Pour voyager en avion, utilisez des comparateurs de vol comme skyscanner et momondo qui fonctionnent bien. Pour l’Europe, pensez à l’Interrail pass qui propose d’explorer le continent en train et Interflix, moins cher, pour voyager en bus.

Une fois le problème d’achat du billet réglé (qui est souvent la plus grosse dépense et donc l’obstacle le plus dur à franchir), il faut vivre pendant notre voyage. Plusieurs éléments peuvent nous aider à nous rassurer financièrement. Déjà, nombreuses sont les destinations où le cout de la vie sera bien moindre que celui que nous avons en France (Asie, Amérique Latine, Afrique, Europe de l’Est…). Dans les pays en développement, il est possible de manger trois fois par jour et de dormir pour seulement 10 euros par jour. En ayant un budget voyage serré, on apprend à vivre simplement. On fait attention à ce qu’on mange, on se contrôle sur les activités et les petits plaisirs mais c’est aussi ça qu’il est important d’apprendre : on peut vivre mieux en dépensant moins.

Pour partir en voyage, il est possible de souscrire à différents types de visas. Selon les pays, on peut avoir la possibilité de s’engager dans une activité : du bénévolat ou un travail rémunéré. En plus de l’opportunité que représente une expérience professionnelle à l’étranger, cette perspective de rentrée d’argent est non négligeable dans le budget d’un voyage. Dans les pays développés comme l’Australie, la Nouvelle Zélande, le Canada et bien d’autres, le PVT (visa programme vacance-travail) est une aubaine ! L’argent n’est plus un frein puisqu’il est possible d’en gagner en voyageant.

Dans les autres pays où le PVT n’est pas disponible, le volontariat est selon moi une parfaite alternative. Les organismes locaux profitent d’une aide étrangère motivée et au regard neuf et, d’un autre côté, le bénévole s’engage dans une cause qui a du sens, apprend une technique ou un métier, rencontre une culture… La liste est longue ! Financièrement parlant, le plus souvent, le bénévole ne débourse quasiment rien ou rien du tout (selon le contrat) pendant sa mission. Bien souvent, on en ressort donc bien plus riche qu’à notre arrivée.

Les deux sites les plus répandus pour trouver une expérience de volontariat sont Workaway et Helpx. Il faudra payer une adhésion de 26€ pour une personne, 34€ pour un couple à l’année et 20€ pour une personne/un couple pour 2 ans concernant Helpx.

De manière générale, on se rend vite compte pendant le voyage que les activités qui coûtent chères ne sont pas celles qui nous apprennent le plus. On se souviendra avec plaisir d’une rencontre imprévue avec un local avec qui on a partagé une après-midi ou de la découverte d’une cascade vertigineuse inattendue sur notre trajet…

En ayant conscience de tous ces biais, l’argent sera toujours dans l’équation du voyage mais il ne sera plus un point bloquant. Notre ouverture à toutes ces possibilités et un soupçon de logistique feront tomber nos appréhensions quant à notre « maigre » compte en banque.

Pour vous donner une petite idée, j’ai dépensé seulement 3500€ pour un voyage de 6 mois en Asie. Thaïlande, Laos, Vietnam, Cambodge, Népal et Inde. Ce budget comprend tous les frais, y compris les billets d’avion depuis la France et la connexion entre le Cambodge et le Népal ainsi que du Népal à l’Inde. Je compte aussi l’achat d’une bécane au Vietnam, un trek de 14 jours au Népal et bien sûr les visas…

Pour cela, j’ai fait du volontariat au Vietnam et au Cambodge, qui je compte parmi les temps fort de mon voyage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s