Etre ou avoir ? Telle est la question…

Je me suis posée la question de savoir pourquoi nous avions autant de mal à nous connecter à notre raison d’être. Cette réflexion existentielle nous touche tous et fait partie de nous. Alors, pourquoi si peu de gens se questionnent sur notre existence ? Sur le sens à donner à notre vie ? Qu’est-ce qui fait que je suis moi ? Quelle trace je pourrais laisser sur Terre ?

Souvent tues, ces questions seraient pour certains inutiles, pour d’autres, elles pourraient même faire peur. Selon moi, on se débattrait dans un malentendu collectif, un quiproquo égotique qui toucherait une large partie des peuples modernes.

Je constate que, de manière générale, on consacre la plupart de notre vie à mettre en place des stratégies d’évitement de la souffrance en accumulant des richesses et en recherchant l’abondance. Notre plus grande crainte réside souvent dans la peur de manquer ; de manquer de nourriture, d’un toit, d’amour, de temps. L’histoire de l’humanité, constituée de famine, de guerre, d’inégalités laisse des traces et conditionne nos futurs.

J’ai la forte impression que notre raison d’être est en fait une raison d’avoir. D’avoir de l’argent, d’avoir les placards plein à craquer de vêtements, d’avoir une situation. Cela veut dire, qu’on repose notre identité et notre réalisation sur des éléments extérieurs à nous. Eléments sur lesquels on peut certes agir mais qu’on ne maitrisera jamais complètement et qui seront toujours impermanents. On serait donc en train de se démener pour une illusion ?

Alors pourquoi une telle confusion ? Tout se passe dans notre mental. L’égo, cette petite voix que l’on associe à nos pensées, à la main mise sur la plupart des esprits de la planète. Plus on s’identifie à notre égo, c’est à dire que l’on pense que nous sommes nos pensées, notre mental, plus on lui donne du crédit. Puis, on lui permettra de nous dicter constamment notre façon d’être en déformant notre passé et en faisant des suppositions sur le futur.

Se questionner sur notre raison être suppose un lâcher prise total sur les évènements extérieurs. Lorsque l’on incarne notre raison d’être, nous sommes dans l’instant présent et libérés du temps. On agit pas pour un résultat mais en toute conscience. L’égo n’a plus sa place dans notre esprit, car il n’y a pas raison de juger ce qu’il se passe. Pour éviter sa destruction, l’égo nous conduit donc vers d’autres priorités, des pansements matériels qui calmeront momentanément nos crises existentielles. Cela peut durer toute une vie mais chacun d’entre nous possède les capacités de reprendre le contrôle de son esprit et donc de sa vie.

La première grande victoire est de comprendre et accepter l’illusion du bonheur venant de l’extérieur, comme la possession. La seconde étape est de chercher en soi la joie pure et permanente, bien trop enfouie depuis notre tendre enfance. Cette paix et joie intérieures émaneront de notre raison d’être. Cela veut dire que plutôt de nous associer à notre look, notre compte en banque, notre voiture ou notre maison, posons-nous la question de qui nous sommes et de qui nous souhaiterions devenir. Explorons tout ce qui compose notre essence, ce qui nous rend unique en tant qu’être vivant, ce qui brule à l’intérieur de nous et agissons dans ce sens là.

Je constate aussi que les mentalités évoluent. Par exemple, les diplômes restent importants mais la personnalité et l’énergie que transmet un candidat sont de plus en plus regardées lors d’une embauche. On met de plus en plus en avant l’être d’une personne. D’ailleurs, on vulgarise la spiritualité et le développement personnel, grâce à Internet et la presse. Tout comme l’écologie où il faut commencer par trier les déchets chez soi pour sauver la planète, il est important d’oser changer nos perspectives et de nous questionner individuellement pour provoquer une évolution généralisée des consciences. Alors, qui es-tu vraiment ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s