Assumer plutôt que justifier

Témoin et actrice de la génération Y, je me rends compte à quel point choisir un chemin de vie relève des plus grandes attentes et donc des plus grandes angoisses et déceptions. Les possibilités sont si grandes qu’elles nous donnent le vertige et nous paralysent. D’autant plus, que l’on s’imagine que le résultat de nos décisions conditionne l’ensemble de notre existence. La conséquence de tout ça est, qu’à mon avis, on a tendance à subir nos choix plutôt que de les incarner. En effet, on justifie nos choix par des facteurs extérieurs, que l’on pourra donc blâmer. On veut plaire à nos parents, nos professeurs, on veut être accepter par nos amis, on veut entrer dans la danse générale.

Les choix ont mauvaises réputation. Ils nous apparaissent toujours douloureux. Dans notre esprit manichéen, on réduit le choix à la perte de quelque chose pour autre chose. Cela veut dire que faire un choix résonne toujours en nous comme un abandon irréversible dont on serait responsable. Il apparait plus facile de laisser la vie et les autres choisir pour nous en leur déléguant toute responsabilité. Plus tard, on sera seulement capable de justifier nos choix alors que nous devrions les assumer et en être fier.

Choisir, c’est la parfaite opportunité de décider de qui je veux être. Les moments importants de notre vie constituent souvent de choix cornéliens : vers quelles études je me tourne ? dois-je rester avec cette personne ? dois-je accepter cette mutation ? dois-je tout plaquer pour partir voyager ? Au lieu, d’imaginer ce que l’on va perdre à la suite de notre décision, consacrons notre énergie à réfléchir sur ce que l’on souhaiterait être.

Parmi les opportunités qui s’offre à moi, laquelle se rapprocherait le plus de mes valeurs, de ce qui compte pour moi ? Laquelle correspond le plus avec ce que je voudrais être/réaliser ?

Sous cette perspective, nos choix de vie sont de véritables tremplins d’épanouissement personnel car ils soulèvent des questionnements sains et bénéfiques à notre paix intérieure.

L’ingrédient secret face à un choix difficile est le détachement. Prenons notre baguette magique et faisons comme si tout était possible, en oubliant (pour une fois !) ce que pourrait dire notre entourage. Ainsi, des réponses alignées avec ce que l’on est et avec ce à quoi on aspire viendront. Notre décision viendra conforter notre réflexion et elle nous fera même du bien !

Un choix assumé apportera essentiellement du bon à notre vie. De ce point de vue là, la décision que l’on prend sera forcément la meilleure et aucun choix ne nous apparaîtra comme difficile.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s